<>

Les 22 et 23 Avril 2016, Rallye de Corse

Catégories : 2016,Archives,Communiqués de presse,Events,résultats pilotes

DAVY GAMBINOGAMBINO Davy

KTM 990 Superduke

U.M.Ain

Lieu de la compétition : Porticcio (2A)

Conditions météo : Sec pour l’étape 1 Mouillé pour l’étape 2

Objectifs d’avant course : Finir le rallye cette année, en marquant quelques points !

 

Déroulement de la course :

Un an après ma sortie de route sur cette épreuve, qui m’avait fait un peu mal, je retourne sur cette manche atypique de l’île de beauté.

On va repasser dans ma spéciale fatale, mais cette fois-ci en sens inverse (ça change tout !) et une nouvelle est au programme juste à côté, rapide et très technique avec un bon bitume.

Nouveauté cette année, pas de reconnaissances en moto autorisées, mais apparemment de vraies séances d’essais non officielle avaient lieu chaque jour (et nuit !) depuis 2 semaines avant le dévoilement des spéciales par des « pilotes » sans scrupules… Faits confirmés par les riverains et les nombreuses traces de pneus sur les trajets dans les spéciales. Pas vraiment motivant de les faire pour nous tranquillement en vélo ou en camion !

Bref, on est là pour se faire plaisir, alors go pour un départ avec l’étape de nuit en premier (comme au Dourdou), ou on fera un tour en reconnaissance (mais sans certitude d’avoir les spéciales fermées !) et le premiers tour de jour avant le deuxième de nuit.

Malgré le temps menaçant, le bitume est sec et on peut « envoyer » dans les spéciales.

Je ne regrette pas d’avoir mis un train de pneu Supercorsa neuf car cela va vite et les corrections de trajectoires sur l’angle sont parfois nécessaires…

Cela ne se passe pas trop mal pour moi avec les 21 et 15ème temps scratch. Il va y avoir moyen de se faire plaisirs dans ces spéciales, au fur et à mesure des passages (si cela reste sec !).

J’appréhende un peu le tour de nuit après un seul passage de jour avant. J’ai l’habitude de « réciter » les Spéciales la nuit car les repères visuelles sont moindres, mais là je ne suis pas sûr de bien connaitre ma leçon ! Mais c’est pour tout le monde pareil et je m’en sors plutôt bien avec un 17 et 15ème temps.

Ca me place 16ème de cette 1ère  étape,  et même 5ème continental ! (oui, il y a 11 Corses devant moi, bizarre…).

Le samedi matin, le ciel est menaçant et la pluie est annoncée. On va faire trois boucles (6 Spéciales) et comme la veille, chacun hésite sur les pneus. Comme je n’ai pas pu monter mes pneus pluie sur mes autres jantes la veille (petit problème technique !), je n’ai pas eu trop de mal à faire mon choix, et à me rendre compte que ce n’était pas le bon 30 mn avant le départ au moment de la première averse…

Je serais donc un des rares à avoir gardé des pneus sec toute la journée et les averses se succéderons jusqu’au soir…

Première Spéciale mouillée, mais il ne pleut plus. Je mets un peu de gaz sur les premiers bouts droits et ça a l’air d’accrocher. Première bonne  épingle je remets un peu d’accélération sur l’angle, et une grosse équerre va calmer mes ardeurs… Je roulerais donc plus tranquillement…

Un parc de recoupement est prévu entre les 2 Spéciales avec un contrôle horaire proche de la première (8min). Le parcours est un peu modifié par rapport à la veille, il faut tourner plus tard pour aller au CH. Quand j’arrive à ce CH, je ne vois personne attendre pour pointer ! Mince, les motos devant moi ont déjà pointé ? Je suis à la bourre ? Je regarde vite mon carton et calcule rapidement. En effet il faut que je pointe ! J’y vais et ai tout de suite un doute. Je ne me suis quand même pas trainé pour arriver là… En effet, je n’ai pas lu sur la bonne ligne pour faire mon calcul et j’ai  pointé 2 mn en avance !! Et les 2 pilotes devant moi s’étaient en fait trompé de chemin, ce qui explique qu’ils étaient absents…

Bref, des pneus sec sous la pluie, 30 s de pénalité et le ciel noir, la journée va être longue pour rien….

Ce sera le cas, avec parfois de bonnes grosses averses en liaison qui mettrons du piment pour ne pas reprendre de pénalités.

Je suis 21ème de l’étape mais classé 35ème avec les pénalités.

Ce qui donnera une 23ème place du rallye global au lieu de la 15ème

 

Bilan sportif après course :

6 points ramener de Corse, ce n’est pas si mal vue les circonstances. Dommage que ce ne soit pas resté sec car le plaisirs aurait été grand et l’écart avec les insulaires aurait diminué. Enfin ça m’aura quand même permis de reprendre un peu confiance sur le mouillé, même avec des pneus pas adaptés !

 

Classement :

108 pilotes au départ

Etape nuit : 16ème Scratch, 6ème cat Roadster

Etape jour : 35ème Scratch, 15ème cat Roadster

Scratch final : 23ème Scratch, 11ème cat Roadster